Les émissions de C02 favorisées par nos achats quotidiens

0,7 Tonne en 2009, le poids moyen du panier de course par français engendre le double en équivalent carbone.

Le panier de courses annuel de chaque Français pèse 0,7 tonne et son « poids » en tonne équivalent carbone est exactement le double. Mais c'est une moyenne car tous les produits n'affichent pas les mêmes émissions équivalentes en CO2 . Découpées, lavées, conditionnées et transportées sur des plus longues distances, les salades distribuées dans des sachets hermétiques demandent plus d'énergie que les scaroles cultivées par un maraîcher local. Les légumes en boîte de conserve émettent 35 % de carbone de plus que les légumes frais, constate une récente étude du ministère de l'Ecologie, menée auprès de quelque 20.000 ménages et 11.000 lieux de vente.


Les viandes pèsent beaucoup plus lourd dans le porte-monnaie (23 % de la dépense) du consommateur que dans son filet de commissions (8 %). Surtout, elles ont un poids carbone très élevé, équivalent aux 26 % observés par l'étude chez les produits non alimentaires. C'est le phénomène inverse pour les fruits et légumes qui représentent 20 % du poids du panier et 7 % de leur contenu carbone. L'écart le plus marquant concerne les eaux, boissons gazeuses et jus dont la part en poids est six fois supérieure à leur coût et à leur contribution en contenu carbone.


Les légumes économes en CO2

Cette teneur en CO2 varie fortement au sein d'une même catégorie de produits. En moyenne, le rapport va de 1 à 25 par kilo d'achat. Là encore, il est très élevé pour les viandes : plus de 4 kilos équivalent CO2 par kilo contre 2 kilos en moyenne et moins de 1 kilo pour les fruits et légumes ou les eaux minérales. Tout dépend aussi des catégories socioprofessionnelles. Le panier des ménages ouvriers contient proportionnellement le plus de carbone en poids et en valeur avec des taux de respectivement + 8 % et + 20 % par rapport à la moyenne. Les cadres sont dans une situation diamétralement opposée (- 10 % et - 15 %).


Les achats des retraités sont très riches en CO2. Le contenu carbone de leur panier est supérieur de près d'un quart à la moyenne. A l'inverse des agriculteurs qui se situent 23 % en dessous. « Les retraités, qui prennent la plupart de leurs repas à domicile, ont un panier d'achat plus lourd en carbone que les actifs qui prennent fréquemment leurs repas en dehors du foyer » , explique l'étude du ministère.

Découvrez la consommation responsable pour votre entreprise