Alertes pollution : des initiatives inefficaces

Levez le pied sur le périphérique, différez vos déplacements en voiture, surveillez enfants asthmatiques et personnes âgées, évitez le sport… Pour le quatrième jour de suite, la préfecture de police et les autorités sanitaires ont réitéré hier les habituelles consignes de prévention en cas de pic de pollution, l'Ile-de-France étant piégée sous une chape de particules fines qui ne devrait pas se dissiper avant au moins jeudi.

L'abaissement des seuils autorisés a fait flamber le nombre d'alertes depuis janvier en région parisienne (23 déclenchements du seuil d'information contre 16 pour toute l'année 2011). Mais de nombreuses voix s'élèvent pour dénoncer l'inutilité de ces alertes et réclamer des mesures de fond. « On dépasse tellement souvent les seuils que l'on finit par banaliser la pollution et quand on dit aux automobilistes de lever le pied, ils n'y croient plus », regrette le porte-parole de France Nature Environnement, Benoît Hartmann.

« Il n'est pas admissible que l'on se contente de dire aux victimes potentielles de rester cloîtrées et de ne pas respirer », fulmine l'adjoint au maire de Paris Denis Baupin, qui demande à l'Etat « d'obliger les poids lourds à contourner le centre de la métropole ».

L'Europe menace la France d'une amende record

Le ministère de l'Ecologie étudie actuellement cette mesure radicale. La candidate écologiste, Eva Joly, a jugé hier urgente sa « mise en œuvre dans toutes les agglomérations françaises ». Car Paris n'est pas la seule affectée. Hier, les seuils étaient dépassés également en Haute-Normandie ou dans les Pays de la Loire. Menacée d'une amende record de 240000 € par jour par la Cour de justice européenne pour non-respect de la qualité de l'air, l'Etat mise sur les zones d'actions prioritaires pour l'air (Zapa), testées d'ici quelques mois dans huit agglomérations, pour bouter hors des villes les véhicules les plus polluants. Mais le ministère de l'Ecologie pointe aussi la responsabilité des élus locaux, « seuls habilités à aménager des parkings relais aux abords des agglomérations ou à créer des péages urbains ».

(Le Parisien)