Le rôle des entreprises dans le Plan Vélo

image par default

LE PLAN VÉLO

Le 14 septembre 2018, la ministre des transports Elisabeth Borne a dévoilé le « Plan Vélo » qui vise à tripler la part modale du vélo dans les déplacements des Français d’ici 2024, un chiffre qui se situe actuellement à 3%.
 
Les mesures phares du plan répondent aux freins actuels à la pratique du vélo : l’insuffisance des aménagements cyclables, la fréquence élevée des vols de vélos, le cadre juridique peu incitatif ainsi que l’obstacle culturel.
 
Le plan envisage d’investir 350 millions d’euros dans un fonds « mobilités actives » et de lancer des projets d’aménagements afin de sécuriser et faciliter la pratique du vélo. Le plan prévoit des mesures pour diminuer la fréquence de vols de vélos, telles que l’élargissement du marquage des vélos et l’installation d’abris vélos sécurisés. Le plan compte inciter la pratique du vélo par un forfait mobilité durable à partir de 2019, qui consiste en une contribution de l’employeur jusqu’à 400 euros aux coûts des trajets domicile-travail des collaborateurs.
 
Le plan implique un ensemble d’acteurs, mais met en avant le rôle primordial des entreprises. Ces derniers devraient encourager leurs collaborateurs à réaliser leurs trajets domicile-travail en vélo dans le cadre d’un Plan de Mobilité, qui est obligatoire depuis janvier 2018 pour toutes les entreprises avec plus de 100 salariés sur le même site et situées dans le périmètre d’un Plan de Déplacements Urbains (PDU).
 
Les entreprises qui mettent une flotte de vélos (traditionnels et à assistance électrique) à disposition de leurs collaborateurs par un contrat de location longue durée pourront déduire du montant de leurs impôts jusqu’à 25% des frais engagés pour l’achat. L’entreprise bénéficiera aussi de subventions pour l’aide à l’achat de vélos à assistance électrique, dans le cadre d’un programme de certificats d’économies d’énergie (CEE).
 
La communication interne des entreprises sur la mobilité durable est tout aussi importante que la mise à disposition de véhicules pour les collaborateurs afin d’engager une véritable « culture vélo ». Cela devrait s’appuyer sur les nombreux avantages liés aux déplacements en vélo : l’amélioration du bien-être et de la productivité des collaborateurs et une meilleure empreinte écologique et image de l’entreprise.